AMOURS II

23 SEPTEMBRE - 18 OCTOBRE 2020

Amours II – Premier acte

23 septembre - 4 octobre 2020


Avec les artistes :

 

Tamina Beausoleil, Nathalie Bibougou, Mauro Bordin, Marcos Carrasquer, Elsa Cha, Emilie Chaix, Dominique Chazy, Julie Dalmon, Frédérique Athenaïs-Dalmore, Delphine Ferré, Aurélie Galois, Justine Gasquet, Fanny Gosse, Violette Grosperrin, Marion Jannot, Dora Jeridi, Chloé Julien, Shalva Khakhanashvili, Nils L.L., Low Art, Miguel Marajo, Sandra Martagex, Marine Médal, Camille Moravia, Muriel Patarroni, Julie Perin, Joël Person, Charlotte Puertas, Vincent Puren, Alice Sfintesco, Nathalie Tacheau, Anne-Claire Thevenot, Albertine Trichon, Jola Zauscinska

Amours II - Deuxième acte

8 octobre-18 octobre 2020

 

Avec les artistes:


Ana Apostolska, Clément Balcon, Néel Beausonge, Boris du Boullay, Nancy Caramello Cyneye, Fabrice Cazenave, Gokce Celikel, Anne Cindric, Guillaume Dimanche, Harold Denneulin, Raziye Ghadimi, Lise Grosperrin, Agathe Herry, Emmanuelle Hiron, Katia Kameneva, Cendres Lavy, Frédérique Léglise, Laurent Mareschal, Connie Martin, Marc Molk, Julie Navarro, Sarah Navasse, Demetra Nikolopoulou, Tami Notsani, Marilena Pelosi, Marine Pierrot Detry, Eric Poupy, Jérôme Rappanello, Sarah Roshem, Spé, Anne-Marie Toffolo, Sandra Vanbremeersch, Jojo Wang, Dominique Weill

Communiqué de l'exposition Amours II

Sous les masques, l’amour. 


« C'est fou c'que j'peux t'aimer - C'que j' peux t'aimer, des fois - Des fois, j'voudrais crier - Car j'n'ai jamais aimé - Jamais aimé comme ça - Ça, je peux te l'jurer - Si jamais tu partais - Partais et me quittais - Me quittais pour toujours - C'est sûr que j'en mourrais - Que j'en mourrais d'amour - Mon amour, mon amour - C'est fou c'qu'il me disait - Comme jolis mots d'amour - Et comme il les disait - Mais il ne s'est pas tué - Car, malgré mon amour - C'est lui qui m'a quittée - Sans dire un mot - Pourtant des mots - 'Y en avait tant - 'Y en avait trop », chantait en experte Edith Piaf.

 

Qui n’a pas été pris au dépourvu sous ces mots-là ? Sans mot dit, il y a le regard, la gorge nouée, une timidité naissante, un malaise de bonheur sous le masque de la peur. Pour cette exposition Amours saison II, c’est de nouveau un projet à épisodes inspiré des séries TV. Cet épisode 2020 est en deux actes où nous avons des œuvres d’un format à peu près équivalent, mais tout aussi variées que peut l’être l’amour.

 

 

Ces œuvres inaugurent également une histoire d’amour nouvelle, car c’est l’ouverture d’une galerie associative par un couple, la Galerie Héloïse, inspirée d’Héloïse et Abélard, dont le jardin du même nom est à quelques pas. Inaugurer un lieu de création et d’exposition en cette période austère et maladive est un acte héroïque, mais : « L’amour est le pouvoir suprême », fait dire Lars Von Trier à l’un de ses personnages dans son film Breaking the Waves.

 

 

L’amour est ce qu’il y a de plus partagé au monde, c’est là où les femmes et les hommes s’assemblent malgré les différences d’éducation, de culture, d’âge, de peau, de richesse ; l’amour est au-dessus de tout, mais c’est aussi un phénomène mystérieux, volatile, indéfinissable. Les artistes d’Amours II réussissent à en saisir quelques effluves qui vous laisseront des parfums frais ou voluptueux ou passionnés.


Laurent Quénéhen, commissaire.