Lino in vivo
Joëlle Jolivet

02.12.2021 - 09.01.2022
Vernissage jeudi 2 décembre de 18h à 21h


 

flyer jolivet flyer RVB 25.11.jpg

Plus de photos sur Instagram:  @galerieheloise 

Communiqué de l'exposition

Joëlle Jolivet est née en 1965 dans le Val de Marne et vit à Ivry-sur-Seine. Joëlle a toujours dessiné puis peint et gravé. Après des études de graphisme aux Arts appliqués de Paris, elle s’intéresse à la lithographie et suit des cours aux Beaux-arts. Cela l'a conduit à la gravure sur linoléum, son principal moyen d’expression aujourd’hui, dans lequel elle excelle. Elle a publié de nombreux ouvrages, dont la plupart sont traduits dans le monde entier.

L’exposition regroupe des tirages de Joëlle Jolivet de ces dernières années, des inventaires hétéroclites piochés dans ses albums : "Costumes", "Presque Tout",  "Zoo logique", "vues d’ici", "vues d'Ivry" ou encore son dernier né : « Le corps humain », sorti en novembre 2021 (éditions Les Grandes Personnes).

Sur les murs de la galerie, des crustacés et des fauves côtoient des planches gravées de chapeaux et de chaussures de toutes sortes. Des métatarses, des poumons, ou encore la circulation sanguine avoisinent des femmes en pantalon et des hommes en jupe. Ces creux façonnés par la gouge, se devinent généralement dans le blanc du tirage. Ils sont dévoilés ici par la présence de matrices clouées sur les murs, révélant ainsi l’action physique de l’artiste sur son sujet. Les visiteurs déambulent au milieu d'épreuves papier suspendues à des fils, tels des circuits organiques, évoquant l'atelier de l'artiste, le lieu où tout prend forme.

Joëlle Jolivet ne nous cache pas que le lino lui colle à la peau, comme une étiquette dont elle a tant de mal à se défaire, pour le plaisir des yeux. Son dernier tour de force consistant à graver les entrailles du corps humain dans les moindres détails, de manière chirurgicale. Les creux de la matrice se noyant dans la cavité anatomique du cerveau ou des organes reproducteurs.

La linogravure prend ainsi une profondeur et un aspect inédit, autant par le sujet scientifique que par la volonté de l’artiste de témoigner, avec simplicité et souci du détail, du monde qui nous entoure.

Le Corps Humain - Joëlle Jolivet.png

Dédicaces

A l'occasion de la sortie du livre "Le corps humain" - Joëlle Jolivet (Editions Les Grandes Personnes), séances de dédicaces à La Galerie Héloïse en partenariat avec la Librairie Le Chat Pitre

 

Samedi 11 décembre & Dimanche 12 décembre (16h - 18h)

tirage linogravure  jolivet.jpg

Ateliers

Atelier de linogravure pour des enfants de 7 à 14 ans.
Groupe de 8 enfants maximum.
Samedi 18 décembre 2021 de 10h à 12h


Tarif: 20 € / enfant.

Inscription au 06 18 18 81 83
Merci d'apporter une blouse ou un vieux t-shirt.

Des ateliers pour enfants seront programmés pendant les vacances de Noël et en janvier.

Texte de Jean-Luc Fromental

"Olympe de gouges !

 

Depuis que je la connais, depuis qu'on goupille ensemble de ces bouquins foutraques qui s'offrent l'air de rien des virées planétaires, j'entends, chaque fois que je lui parle au téléphone, Joelle usiner derrière son combiné. "Je te dérange ?" Et elle, de son mezzo gouailleur :  "Pas grave, je grave." Quand elle n'esquisse pas, ne crayonne pas, ne croque pas à la crade des tronches du métro (Mervyn Peake appelait ça : "chasseur de têtes"), ne relève pas de sa fenêtre d'hôtel une topologie urbaine aux lignes franches, Joëlle grave. Elle a entendu mille fois : "Lâche tes gouges, tes linos, tes jolis petits outils, envoie le dessin nu." Rien à faire. Elle y revient. Elle grave. Au début, j'ai cru que c'était par pudeur. La connaissant de mieux en mieux, ayant trempé dans son art, je vois que je faisais erreur. Graver, pousser la gouge d'une main ferme et sûre, aurait plutôt partie liée avec la force, la décision, l'instant qui ne souffre pas d'hésitation. Comme ses pères (pairs ?) Valotton et Masereel, elle sait que l'éternité est contenue dans ce geste irréversible, cette façon très physique d'arrêter le temps. Sans doute en aime-t-elle équitablement les certitudes et les accidents. L'important est qu'elle grave, encre, presse, et suspende à sécher ce linge de pure beauté dont elle vêt son dessin."

 

Jean-Luc Fromental

Galerie Héloïse
37 rue Dunois 75013 Paris